Dans la tête de « l’ultra gauche » rouennaise

Filfax est parti à la rencontre de ces jeunes militants de la mouvance autonome qui suscite nombre de fantasmes. Références historiques, stratégie politique, rapport à la violence, objectifs… plongée dans une radicalité politique qui tend à se développer à Rouen.

Lors de l'une des mobilisations contre la loi Travail à Rouen, une tête de cortège offensive
Ces dernières semaines, « l’ultra gauche »rouennaise a beaucoup fait parler d’elle. C’est d’abord la première représentante de l’Etat, la préfète Nicole Klein, qui les a explicitement visé à la suite de débordements violents survenus à l’occasion des manifestations en soutien du jeune Théo. « À Rouen, on a constaté qu’il y a eu une convergence entre l’ultra-gauche […]
Ce contenu est réservé aux abonnés, Découvrez nos formules, ou .